Les conséquences du Covid-19 sur le secteur des PHS Actualités Les conséquences du Covid-19 sur le secteur des PHS
Actualités

Les conséquences du Covid-19 sur le secteur des PHS

8 septembre 2020

Loin d’être terminée, la crise économique et sociale provoquée par la pandémie de Covid-19 a déjà eu un impact dévastateur sur le marché du travail à l’échelle internationale. Les services aux personnes et aux ménages, souvent exclus des dispositifs nationaux, figurent parmi les secteurs les plus touchés sur le court terme.

Conformément aux chiffres publiés par l’OIT le 15 juin dernier, environ 55 millions de travailleurs domestiques ont été significativement impactés par la crise, dont 76% appartiennent à l’économie informelle et ne sont pas déclarés. Malgré les dispositifs mis en place par certains Etats membres, l’Union européenne n’a pas échappé à cette réalité.

Ainsi, selon l’OIT, les travailleurs domestiques non déclarés ont particulièrement souffert des mesures de confinement et de distanciation sociale, qui les ont souvent empêchés de maintenir leur activité. La majorité d’entre eux a vu son nombre d’heures diminuer ou simplement perdu son emploi. Privés de rémunération et de protection sociale, ces travailleurs n’ont que très rarement été représentés par des partenaires sociaux capables de porter leurs droits et leur accès au chômage. Cela a eu pour effet de renforcer leur précarité, et particulièrement celle des femmes, majoritaires parmi les travailleurs domestiques.

Les travailleurs déclarés ont aussi été impactés par le Covid-19. Malgré la baisse de leur activité, ils n’ont pas tous été inclus dans les dispositifs de chômage partiel mis en place par les Etats membres. L’urgence sanitaire n’a d’ailleurs pas tout de suite permis aux travailleurs de se doter d’équipement de protection personnel ou de suivre des formations appropriées pour poursuivre leur activité.

L’absence de services à domicile de qualité, la fermeture des écoles et des lieux de travail ont progressivement accentué les inégalités entre les hommes et les femmes au sein des foyers. Avant la crise, les femmes consacraient en moyenne 22 heures par semaines à des tâches familiales ou domestiques contre seulement 9 pour les hommes au sein de l’UE selon l’Institut européen pour l’égalité des genres. Il est peu probable que la présence des hommes au sein du domicile ait inversé cette tendance. La crise a renforcé la précarité des parents isolés, dont 85% sont des femmes au sein de l’UE parmi lesquelles 48% sont considérées à risque de pauvreté ou d’exclusion sociale.

Ces différents constats ont conduit EFFE à publier en avril, aux côtés d’EFFAT, EFSI et Uni-Europa, une déclaration commune soulignant le rôle stratégique joué par le secteur durant la crise et appelant les autorités publiques à prendre des mesures concrètes pour le soutenir.

L’hétérogénéité des mesures de soutien aux travailleurs domestiques mises en place par les gouvernements des Etats membres ne permet pas une évaluation globale de la résilience du secteur dans l’UE. Toutefois, dans le cadre du projet Ad-PHS, dont EFFE fait partie, un rapport devrait être finalisé fin novembre 2020 pour identifier les mesures de soutien mises en place par les EM.

Partager